Un pedigree – Patrick Modiano

J’ai découvert le fameux Patrick Modiano à l’occasion de son dernier roman « dans le café de la jeunesse perdue » dont j’avais aimé la poésie. Il me reste maintenant à découvrir son importante bibliographie. Je commence par « un pedigree » où l’auteur a écrit « ces pages comme on rédige un constat ou un curriculum vitae, à titre documentaire et sans doute pour en finir avec une vie qui n’était pas la mienne.» Modianoraconte les vingt-et-une premières années de sa vie. Mais « un pedigree » ressemble à tout sauf a une autobiographie, et c’est là toute la réussite de l’écrivain. Il réussit en effet à nous raconter son enfance et son adolescence avec des listes de noms et de lieux (parfois jusqu’à l’overdose), des moments, des anecdotes… une vraie réussite. On y trouve un père homme d’affaire un peu louche sans cesse en voie de disparition et une mère comédienne souvent absente, parents d’un Modiano presque transparent à force de vouloir passer inaperçu…
L’intérêt est de comprendre le parcours, les faits, les éléments de vie qui ont constitué le terreau de l’oeuvre de Modiano. On pense à ces années d’errance, à ces années de pensionnat, ces balades bien sûr dans le Paris qu’il aime tant. Et l’on cherche l’élément clé, celui qu’on appelle le déclic. On le découvre rapidement et c’est écrit sans fioritures, avec une extrème pudeur :  » En février 1957, j’ai perdu mon frère (…) A part mon frère Rudy, sa mort, je crois que rien de tout ce que je rapporterai ici ne me concerne en profondeur ».

un pedigree

 

 

Publicités