J’étais derrière toi – Nicolas Fargues

« J’étais derrière toi » , c’est l’histoire d’un classique : un homme trentenaire marié deux enfants, dont le couple bat de l’aile va passer un week-end chez ses parents en Toscane. Dans un restaurant, le serveur lui remet un billet écrit par une jeune femme avec juste ces mots « j’étais derrière toi » et un n° de téléphone. Cette petite phrase anodine mais symbolique va changer sa vie.

jetais derriere toi

« Pendant tout ce temps, toutes ces années, j’étais juste derrière toi, pas très loin, et tu ne m’as pas vue… »
C’est vrai que ça ne va pas fort pour le héros au moment de son escapade italienne. Longtemps heureux, mari fidèle et amoureux, il connaît un premier « bug » en flirtant avec une danseuse de passage dans la ville, a Tanambo, au Madagascar. L’épisode, qu’il avoue a sa femme Alexandrine, se transforme en cauchemar, avec une scène de violence conjugale d’une douleur monumentale. Malgré sa volonté de se racheter, son épouse lui maintient la tête sous l’eau, le tyrannise, l’humilie et décide de le tromper également. Alors quand le destin lui met Alice dans la tête et dans le coeur, la vie bascule.

«Moi qui ne drague jamais, le désespoir me rendait prêt à tout.»

La jolie et cultivée étudiante italienne l’entraîne bien vite dans un monde de délices. Il se sent revivre. Car le personnage est attachant, et on a envie qu’il vive, qu’il sorte des griffes de sa tyrannique Alexandrine et qu’il aille chercher pour toujours Alice à Romanze. On aime ses ambiguités : incapable d’assumer, en recherche permanente d’affection et de romantisme.

« J’ai du mal à imaginer qu’on puisse faire l’amour avec quelqu’un, même d’inconnu, même une unique nuit, sans qu’un lien fort en résulte. Deux corps qui se sont pénétrés, deux peaux qui se sont frottées l’une contre l’autre, deux salives qui se sont échangées, se doivent des comptes, on ne peut pas s’en tirer comme ça, même si chez la plupart des gens, de fait, ça n’engage à rien. »

Alors, on le suit, on l’encourage, on a mal pour lui, on sent son coeur se déchirer de douleur quand l’absence d’Alice lui fait mal. On est au plus près de lui, car, en plus, pour nous raconter tout cela, Nicolas Fargues a choisi une forme originale puisque le narrateur s’adresse au lecteur en direct, dans un style presque parlé. L’effet est intéressant d’autant plus que le livre est d’un seul tenant, sans chapitres, ni même paragraphes.

J’ai passé un agréable moment a la lecture de ce roman, dévoré en quelques heures. Nicolas fargues a une écriture sage, mais un style vif et a de vrais parti pris, tant dans la rédaction, que dans certaines thèses développées. Il mérite d’être découvert.

Publicités