En l’absence des hommes – Philippe Besson

C’est l’été 1916, Vincent a seize ans, c’est un jeune bourgeois beau et cultivé. Il semble intouchable, indifférent à ce qui peut se produire autour de lui : il vit une existence tranquille dans l’hôtel particulier familial. Pourtant, autour de lui, à l’extérieur, c’est bien l’horreur de la Grande Guerre qui frappe de nombreuses familles. Cet été aurait pu être celui de l’insouciance et des rencontres légères et sympathiques dans Paris, ce ne le sera pas. L’été 1916, la vie de Vincent bascule, grâce à deux rencontres qui vont lui ouvrir les yeux, le coeur et l’esprit. Les deux rencontres essentielles de sa vie, le même mois.

enlabscencedeshommes

La première rencontre, c’est avec Marcel P., écrivain célèbre et d’âge mûr (qui, selon toute vraisemblance, semble être Marcel Proust) avec lequel Vincent va nouer une relation amicale bien que parfois ambiguë. En effet, l’un et l’autre l’appelle bien trop souvent « amitié » pour qu’elle ne cache rien d’autre.

La deuxième rencontre, c’est Arthur, un soldat de 21 ans qui, profite d’une permission pour rendre visite à Blanche, sa mère, qui est la gouvernante de la famille de Vincent. Mais avant de rejoindre le front, l’horreur et la mort à Verdun, Arthur profite de ce séjour à Paris pour rentrer dans la vie bien tranquille de Vincent en lui déclarant son amour. . Durant sept nuits, ils vont se découvrir, s’aimer d’un amour fou, pur, sans contrainte. Débute alors le formidable « en l’absence des hommes », le premier roman dePhilippe Besson.

Il se dégage de ce roman une énergie et une hargne incroyables, une envie de vivre, un véritable appétit d’amour et aussi beaucoup de désillusion et de tristesse, de bonheurs et de souffrances. Car, s’il est beaucoup question de guerre, elle sert aussi de décor et de contexte à une histoire d’amour très forte; D’ailleurs, peu d’importance qu’elle lie deux hommes. Comme dans «un homme accidentel» , le dernier ouvrage de l’auteur, je ressens le même sentiment : on fait complètement abstraction qu’il s’agit de deux hommes, et l’on rentre de plein fouet dans ce torrent d’amour.

Sur le style, c’est tout en finesse et en sensibilité, et en pudeur, y compris sur les scènes érotiques. Les mots trouvent en permanence le chemin du coeur. Certes, la première partie en style narratif, avec des discours rapportés avec des « je dis » et « tu dis » en permanence, m’a un peu déconcerté, voire même agacé. Mais le contenu est tellement beau qu’on s’y fait finalement assez vite. Par contre, les échanges épistolaires qui composent la seconde partie sont bouleversants. Je n’évoquerai pas non plus la partie finale, qui nous emmène en émotion et en surprises vers un dénouement saisissant et déchirant.

J’ai lu une critique de ce livre
 qui disait « Avec ce magnifique roman, on sait que ce l’amour veut dire ». C’est une jolie explication de « en l’absence des hommes »

Publicités