Se résoudre aux adieux – Philippe Besson

« Aimer, ce n’est pas emprunter des routes toutes tracées et balisées, c’est avancer en funambule au dessus des précipices et savoir qu’il y a quelqu’un au bout qui dit d’une voix douce et calme : avance, continue d’avancer, n’aie pas peur. Tu vas y arriver, je suis là »

« Se résoudre aux adieux », c’est un sujet banal, traité des milliers de fois. Un couple se sépare, on essaie de surmonter son chagrin. Les plus belles histoires en littérature sont des histoires d’amour. Avec ce roman paru en janvier 20007, Philippe Besson n’est tombé dans un aucun piège et a réalisé un ouvrage magnifique, un coup de coeur que je n’oublierai pas de sitôt.

se resoudre aux adieux
Louise est amoureuse de Clément, mais il la quitte pour Claire, la femme qu’il avait quittée pour Louise. Cette dernière, chroniqueuse, décide donc de fuir de Paris, d’abord direction Cuba et La Havane. Mais même au bout du monde, rien ne la détourne de ses pensées pour son amant. Elle décide de lui écrire de longues lettres. Au début, ce sont des appels, des bouteilles à la mer, de vrais SOS. Puis l’évidence s’imposera : c’est pour elle-même que Louise écrit ces lettres, inévitable étape de son processus de guérison.

« Oui, je me doutais que tu ne répondrais pas. Cependant, contre l’évidence, et même contre la raison, je cherchais à n’exclure aucune hypothèse. Sans me l’avouer, je songeais : un courrier de lui est hautement improbable mais pas tout à fait impossible. Tu vois, en dépit de mes affirmations, je n’en ai pas encore terminé avec l’espoir. »

Car en effet, les réponses de Clément n’arriveront jamais. On ne saura même pas s’il les lit. Après Cuba, Louise file vers New York puis Venise, l’Orient Express et même Paris où s’achève son exil. Ses lettres, poignantes et émouvantes évoquent les souvenirs de ce couple amoureux, les jours heureux et les disputes, les espoirs et l’abandon. On vit avec pudeur ses états d’âmes, ses doutes la force de cette formidable histoire qu’elle a vécue avec Clément, et la violence de la rupture.

« J’aurai pû te faire des reproches, des scènes même, mais ce n’est pas mon genre, je tiens en horreur les gens qui se donnent en spectacle ainsi que les récriminations ostentatoires. Je m’enfermais chez moi, je débranchais le téléphone, je me passais de vieux films en vidéo. Il y en a que je ne suis même plus capable de revoir car ils me ramènent inévitablement à ces heures de détresse. Paris Texas par exemple. Oui, il m’est devenu impossible de regarder Paris Texas. J’ai même cessé d’essayer »

On la voit analyser les étapes de sa relation, regrettant des attitudes, se souvenant des mots et des silences, décortiquant ce qui aurait pu changer le cours de l’histoire. On a mal avec elle. On espère avec elle. Et on revit avec elle quand elle rencontre un autre homme avec qui elle veut faire sa vie.

« Aujourd’hui, avec le retour de l’été, avec la belle lumière, les reflets dans les fenêtres entrouvertes, j’ai l’impression que Paris ressemble à une peinture de Bonnard. C’est éclatant »

Jusqu’au bout, on va croire à une possible rencontre avec Clément. Elle n’arrive que dans ses pensées. Décrite dans une formidable fin pourtant sans surprises, cette rencontre et le dialogue qui s’installe entre les deux donnent lieu à un véritable bijou de littérature qui tient en haleine à la seule force du style. Un paragraphe superbe de 4 pages, d’un seul tenant, sans pause, où l’on retient son souffle pour aller jusqu’au bout avec la même émotion que Louise. Un final absolument époustouflant.

« Je pense qu’il faut régler son passé, il faut arriver à le ranger dans un beau livre d’images que l’on pourra plus tard regarder avec nostalgie. le but est de faire en sorte que son passé ne fasse plus mal. On n’oublie rien, on vit avec ses souvenirs et on essaye de les dominer pour qu’ils ne nous blessent plus. » ; Philippe Besson.

Publicités