Odette Toulemonde et autres histoires

Beaucoup de fans d’Eric-Emmanuel Schmitt avaient été déçus par «Odette Toulemonde et autres histoires», son premier recueil de nouvelles … Moi, j’ai beaucoup apprécié le second « la rêveuse d’Ostende », et notamment la nouvelle titre, qui m’a beaucoup marqué, ainsi que le style de l’auteur, son phrasé et son sens de la formule. D’autre part, pour avoir depuis lu pas mal de choses sur lui et nombre d’interviews, je trouve que c’est quelqu’un de subtil et de charmant, et je voudrais rapidement découvrir ses oeuvres majeures, telles que « la part de l’autre » qu’on m’a décrit comme bouleversant..

ODETTE_JAQ_qxd_001.5E0SZ2.S.pdf

Mais c’est vrai que parfois, ces histoires de femmes en quête de bonheur nous laissent un peu sur notre faim. C’est étrange à dire, et sans doute pas très respectueux de ma part, mais j’ai même tendance à trouver certains mécanismes rédactionnels assez faciles, mais on mettra cela sur le compte d’un livre « vite écrit » comme il l’explique lui-même… Mais Eric Emmanuel Schmitt est quand même un magnifique conteur de belles histoires, et j’ai tendance à vite pardonner aux gens que j’aime…. Car franchement, il n’y a en effet rien à redire sur le style, léché, propre, sur la description des personnages et des situations ; rien à dire non plus sur la maîtrise d’un certain suspens car toutes les nouvelles sans exception m’ont donné envie de tourner les pages et de connaître la fin de l’histoire….Non, il baigne juste dans l’athmosphère comme un léger goût d’inachevé quand même… mais rien de grave..

Rien de grave, car je ne regrette pas du tout cette lecture. le livre nous permet, à travers ces histoires de Monsieur et Madame tout le monde, de réfléchir sur notre quotidien, nos faiblesses, nos lâchetés, certaines douleurs de la vie… avec toujours de la part de l’auteur une énorme capacité de tolérance, de respect et de compréhension.. Il y décrit souvent des êtres blessés qui s’interrogent sur eux. Il les décrit toujours avec bonté. Non, vraiment, Eric-Emmanuel Schmitt est vraiment un type bien !
Alors, même si « Odette Toulemonde et autres histoires » n’est évidemment pas le livre du siècle, il mérite qu’on s’y attarde avec tendresse, et qu’on écoute la douce musique qui émane de mes deux coups de coeur du recueil : « la Princesse aux pieds nus » ainsi que « le plus beau livre du monde » qui m’a d’autant plus touché car il s’agit d’une histoire de femmes en prison… une douce musique tout en douceur et en émotion.

Publicités