Alabama Song – Gilles Leroy

Montgomery, Alabama, 1918. Quand Zelda, rencontre le lieutenant Scott Fitzgerald, sa vie prend un tournant décisif. Zelda, élevé dans un grand puritanisme appartient à l’aristocratie de l’Alabama, mais elle se démarque de la famille par sa provocation, son coté fantasque

alabama song
« Je suis la fille du Juge, la petite fille d’un sénateur et d’un gouverneur : je fume et je bois et je danse et je trafique avec qui je veux. Je suis une salamandre : je traverse les flammes sans jamais me brûler. » Scott Fitzgerald est beau, il porte un uniforme d’aviateur et a la farouche envie de devenir écrivain. Est-ce suffisant pour tomber amoureux ? Peu importe, tous les deux se séduisent immédiatement. Zelda aime t-elle vraiment Scott ou rêve t-elle avant tout d’échapper à son milieu? le premier roman de Scott est immédiatement un énorme succès. le couple devient la coqueluche du tout New York, mais propulsés dans une autre vie, ils ne tardent pas à se brûler les ailes…
Et c’est là que Gilles Leroy se met dans la peau de Zelda. Il choque, il cogne, il rage, il aime, il traverse avec violence la tragédie d’une femme qui tente de s’exprimer par la danse, la peinture, l’écriture, sous l’ombre d’un mari qui la renvoie à son rôle de « femme de… ».

« Cette folie à deux, ce n’était pas de l’amour » finira par écrire la Zelda de Leroy. Elle vivra pourtant une courte parenthèse de bonheur dans les bras d’un pilote français. C’est tout. Sa fin est à l’image de sa vie : elle meurt brûlée à 47 ans dans l’hôpital psychiatrique où elle soignait sa schizophrénie.

En utilisant la première personne du singulier, Gilles LEROY est allé au bout de sa propre attirance pour Zelda en écrivant à sa place cette biographie inventée, faite d’inventions et de fait réels et où ne sait plus bien démêler le vrai du faux, le possible du délire. Il nous balade aussi dans la folie de Zelda, passant d’une anecdote ou d’une époque à une autre avec légèreté et brio, dans un style vif et rythmé qui faut d’Alabama Song une mélodie éternelle.

Publicités